A.P.E.C.S.

Association loi de 1901 dédiée aux requins et aux raies, poissons cartilagineux anciennement nommés « Sélaciens ». Fondée en 1997, elle mène des programmes scientifiques et éducatifs pour mieux connaître et faire connaître ces espèces souvent menacées, dans une optique de conservation.

Vigie Mer, élection du nouveau comité de coordination

date limite 5 avril 2018

Nous avons le plaisir de vous annoncer que nous sommes désormais 41 structures membres (ou en finalisation d’inscription).

Les structures du réseau sont invitées à voter pour l’élection du nouveau comité de coordination (chaque structure a reçu un mail avec le lien pour le vote).
Pour rappel, nous avons reçu 9 candidatures mais il n’y a que 8 postes à pourvoir.
Nous vous demandons de bien vouloir exprimer votre choix d’ici le 5 avril afin de pouvoir officialiser le nouveau comité de coordination début avril.

Les structures candidates

LPO (Ligue de Protection de Oiseaux)
La LPO est une association de protection de la nature présente sur la quasi-totalité des départements littoraux. Notre expérience en sciences participatives porte sur le développement des outils VisioNature, la création en 2012 de l’Observatoire des oiseaux des jardins, la récente plate-forme collaborative Faune-France.org qui regroupe près de 50 associations et la co-animation avec Planète Mer du Collectif national Sciences participatives Biodiversité. Engagés depuis le début dans la démarche 65MO et notamment dans Vigie-Mer, nous sommes restés attachés à participer au développement de ce réseau des sciences participatives Mer et littoral afin qu’il puisse toucher la plus grande audience et évoluer de manière collégiale. Après quelques mois à travailler de concert avec les collègues de l’APECS, Peau-Bleue et Planète Mer afin de structurer le réseau, nous souhaitons poursuivre cette mission.

Institut Océanographique ( Fondation Albert Ier, Prince de Monaco)
L’Institut océanographique, Fondation Albert Ier de Monaco (l’IO) s’attache à mieux faire connaître la richesse et la fragilité des océans et à promouvoir une gestion durable et une protection raisonnée et efficace de ces derniers. Pour ce faire, il assure la médiation entre les acteurs scientifiques et socio-économiques d’une part, et le grand public et les grands décideurs politiques d’autre part. Afin de renforcer le lien entre science et société et de rendre un large public acteur de la connaissance et de la conservation de l’océan, l’IO souhaite s’investir dans Vigie-Mer afin d’une part de relayer et promouvoir les actions des membres de Vigie-Mer auprès du public et d’autre part d’élargir auprès du grand public l’observation et la compréhension de l’océan, en associant observation participative et contenus pédagogiques. L’IO développe une communauté de passionnés, et anime différents réseaux sociaux (130 000 fans sur FB, 8500 followers sur LinkedIn).

Groupe Associatif Estuaire
Notre structure, créée en 1993 et initialement essentiellement littorale, a évolué ces dernières années dans le domaine des sciences participatives au niveau national. Si nous gérons plus de 15 000 bénévoles en France sur ces opérations (avec le MNHN et le CNRS), notre expérience en la matière ne concerne pas le littoral mais la biodiversité ordinaire des jardins. Néanmoins nous sommes acteurs de sujets liés aux cultures marines (avec une activité professionnelle de démonstration sur l’estuaire du Payré). Après un INTERREG et un LEADER+, nous avons participé sur notre secteur dans le LIFE+ PAPL et continuons d’effectuer des sensibilisation sur la nécessaire durabilité des pratiques de pêche à pied de loisir pour le compte du PNM local. Nous avons enfin un réseau de bénévoles nommé les "sentinelles de l’estuaire" qui organise une veille littorale sur le sud Vendée (échouage de mammifères et tortues, collecte de déchets...) et participons à un observatoire du trait de côte piloté par l’université de Nantes.

APECS (Association pour l’Étude et la Protection de Sélaciens)
Créée en 1997, l’Association Pour l’Étude et la Conservation des Sélaciens mène des actions au niveau national en faveur de la protection des raies et des requins au travers de trois missions principales : la mise en œuvre de programmes d’amélioration des connaissances, le développement d’actions de sensibilisation et l’accompagnement des décideurs dans la mise en place de mesures de gestion.Deux programmes de sciences participatives d’envergure nationale sont portés par l’APECS : le programme de recensement des observations de requins pèlerins créée en 1997, et le programme CapOeRa (capsules d’œufs de raies) créée en 2005. Ces projets sont ainsi un outil efficace pour mieux connaître et faire connaître ces espèces tout en mobilisant les citoyens.Riches de cette longue expérience et de leurs succès, les programmes de l’APECS sont aujourd’hui souvent pris comme exemple dans le domaine des sciences participatives marines et littorales.

Planète Mer
Créée en 2007, Planète Mer est une association de loi 1901 qui a pour objectif de préserver la vie marine et les activités humaines qui en dépendent. Depuis 10 ans, elle met en œuvre des projets en faveur d’une pêche durable, mais également des programmes de sciences participatives. Avec le Muséum national d’Histoire naturelle comme partenaire scientifique, elle lance le programme national de sciences participatives BioLit, et sa déclinaison BioLit Junior, sur le suivi de la biodiversité littorale. Elle initie également le projet Marins Chercheurs pour valoriser les connaissances empiriques des pêcheurs de loisirs. Impliquée depuis 2017 dans le Collectif national des sciences participatives - Biodiversité (CNSPB), l’association souhaite participer à la structuration et à la mutualisation des initiatives participatives portant sur la biodiversité, particulièrement sur la biodiversité marine, en France. En 2017, elle a organisé des Rencontres nationales sur les sciences participatives en milieu marin et littoral.

Ailerons
L’association Ailerons a pour objectif la protection et l’amélioration des connaissances sur les requins et raies de Méditerranée. Pour se faire nous travaillons en étroite collaboration avec de nombreux acteurs de la gestion du milieu marin et la fédération de pêche de plaisance (FNPP). Nous effectuons également un travail de sensibilisation à travers des interventions dans les écoles, des animations de stands lors d’événements. Projet Diable de mer : Le Diable de mer est une espèce de raie endémique de Méditerranée, considéré en danger critique d’extinction. il fait parti de la liste rouge des espèces menacées. Ailerons a développé ce programme qui a pour but de recenser toute observation de Diables de mer. Tous les usagers de la mer (plaisanciers, pêcheurs, plongeurs...) peuvent y participer. Projet Grand large : Le Projet Grand large a pour objectif d’étudier la structure génétique des populations de requins Peau bleu. Cette espèce a été évaluée en danger critique d’extinction par la liste rouge de l’IUCN.Ailerons en partenariat avec le laboratoire de Perpignan a initié ce projet afin de sensibiliser la pêche en No kill. Près de 2000 kits de sensibilisation (d’échantillonnage) ont été distribués aux pêcheurs de le FNPP

RIEM (Réseau Initiatives des Eco-explorateurs de la Mer)
Créée en 2011 , l’’association RIEM est un réseau de sciences marines participatives. Son but est de collecter des données scientifiquement exploitables par la communauté scientifique. Toutes les missions proposées répondent à des besoins scientifiques dans le cadre de programmes sur la pollution des océans, le réchauffement climatique et le suivi du trait de côte.Les bénévoles interviennent soit en mer soit sur le littoral. En mer , 3 missions : Observation des animaux marins, suivi du phytoplancton , relevés des macrodéchets flottants. Sur le littoral : 2 missions : un suivi sur la côte atlantique de la cohabitation Algues Brunes et gastéropodes dans le cadre du programme Biolit et le suivi du trait de côte dans le cadre de l’observatoire Citoyen du Littoral Morbihannais dont nous portons le projet Le réseau compte en ce début 2018 une soixantaine de bénévoles actifs.

FFESSM PACA
Le Comite Régional Provence Alpes Côte d’Azur de le FFESSM présente en connexion avec son département 13, sa candidature au comité de coordination de Vigie Mer. Il représente 18.000 licenciés et 335 structures plongées. Les actions en lien avec les Sciences Participatives : *implication forte dans DORIS, outil collaboratif d’identification de la faune et de la flore subaquatiques de la Commission Biologie et Environnement (initiative nommée en 2010 par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche pour le prix « Goût des sciences ») *implication forte dans BioObs depuis 2013 qui permet aux plongeurs s/m de découvrir, reconnaître et identifier les espèces vues en plongée, de géo localiser ces observations et d’alimenter la base de données collectives et d’enrichir l’INPI. Cette application est au 2e rang de données de l’inventaire national du patrimoine, en connexion avec le Muséum d’Histoire Naturelle. *Plus localement par son comité départemental 13, développement d’actions participatives telles participation au suivi des récifs artificiels de Marseille depuis 2009, participation aux opérations annuelles « les espèces qui comptent » depuis 2003.

Aquarium Tropical de la Porte Dorée
L’Aquarium tropical de la Porte Dorée ouvert depuis 1931, est engagé depuis de nombreuses années auprès d’équipes de scientifiques travaillant sur l’acquisition de connaissances sur les milieux aquatiques, en mettant à disposition ses compétences dans la maintenance et la production de matériel biologique.L’Aquarium tropical, véritable patrimoine dans le paysage francilien et avec ses 250 000 visiteurs annuels, offre une véritable vitrine pour permettre de restituer les résultats obtenus par les sciences participatives. Le développement et l’appropriation de cette nouvelle approche des sciences passent par un échange entre les contributeurs (potentiellement nos visiteurs) et les utilisateurs des contributions (les scientifiques). L’Aquarium tropical avec ses collections, ses évènements et ses expositions temporaires est le lieu naturel pour jouer ce rôle d’interface entre scientifiques et citoyens, du savoir-faire au faire savoir.

A.P.E.C.S. (Association pour l’É}tude et la Conservation des Sélaciens)

13 rue Jean-François Tartu
BP 51151 - 29211 Brest Cedex 1 - France
Tél. : +(33) 2 98 05 40 38 -
Fax. : +(33) 2 98 05 40 38
Email :asso@asso-apecs.org

L’APECS est une association à but non lucratif loi de 1901.