A.P.E.C.S.

Association loi de 1901 dédiée aux requins et aux raies, poissons cartilagineux anciennement nommés « Sélaciens ». Fondée en 1997, elle mène des programmes scientifiques et éducatifs pour mieux connaître et faire connaître ces espèces souvent menacées, dans une optique de conservation.

Le Programme EPPARTIY (2008-2009)

Suite au passage du statut du requin taupe sur la liste rouge de l’UICN en "Danger critique d’extinction" en Atlantique nord-est en 2006 et à l’apparition des premiers quotas de pêche en Europe sur le requin taupe en 2008, la pêche de cette espèce est devenue de plus en plus polémique. Dans ce contexte, l’APECS s’est rapprochée des professionnels de la pêche afin de mener une étude sur la pêcherie française de cette espèce et d’améliorer les connaissances sur la biologie du requin taupe.

Le requin taupe commun (Lamna nasus) est un requin puissant, résolument migrateur, de la famille des lamnidae. Il habite les eaux tempérées et froides des deux hémisphères, notamment au large de l’Europe du Nord. Il est recherché pour sa chair que l’on consomme sous la dénomination de "veau de mer".
Dans l’Atlantique nord est, il était débarqué par les ligneurs du Danemark, de la Norvège, de la France et de l’Espagne principalement.
La France conserve la dernière pêcherie ciblée d’Europe, localisée à l’Île d’Yeu. Cette pêcherie palangrière saisonnière concerne 6 bateaux de l’Île, elle est profondément ancrée dans le patrimoine culturel ogien et a un rôle socio-économique important pour la vie insulaire.

Le requin taupe est classé comme "En danger" sur la liste rouge de l’IUCN : "En danger critique d’extinction" en Atlantique nord est et Méditerranée, "Vulnérable" à l’échelle mondiale. La pêche de cette espèce est désormais encadrée par un quota au niveau européen depuis 2008.

Palangrier de l'Île d'Yeu pêchant le requin taupeDans ce contexte, l’APECS s’est rapproché des professionnels concernés fin 2007 (Comité Local des Pêches et Organisation de Producteur de l’Ile d’Yeu et Comité National des Pêches Maritimes et des Élevages Marins) afin de mener une étude précise sur la réalité des pratiques de la pêcherie palangrière du requin taupe de l’Ile d’Yeu.

L’objectif était double : caractériser cette pêcherie palangrière du requin taupe et améliorer les connaissances sur la biologie de la population de requin taupe du nord est de Atlantique encore mal connue. Le but final était de proposer des éléments de réflexion pour une gestion durable du stock exploité.

Pêche d'un requin taupeLe programme EPPARTIY a débuté au printemps 2008 en collaboration étroite avec les professionnels. Durant 2 ans, des observateurs de l’APECS ont embarqué à bord de certains palangriers de l’Ile d’Yeu afin de suivre les campagnes de pêche et récolter des données sur les zones de pêche et les prises de requins taupes. Une analyse des captures historiques de la pêcherie de l’Île d’Yeu depuis 15 ans a aussi été menée. Parallèlement, des enquêteurs de l’APECS ont pu échantillonner un grand nombre d’individus ( 1800) lors des débarquements à la criée des Sables d’Olonne.
Les échantillonnages se sont concentrés sur les muscles, les vertèbres et les estomacs.

Requin taupe débarqué en criéeCes prélèvements ont permis à l’APECS en partenariat avec l’IRD et le CNRS de caractériser le régime alimentaire, l’âge des requins taupes en fonction de leur taille et de mieux comprendre la structure de la population de requins taupes de l’Atlantique du nord est. Ces données donneront lieu à des rédactions scientifiques ultérieurement.

Les premiers résultats ont été présentés au sein du groupe Elasmobranches du CIEM au mois de septembre 2008 et à la réunion conjointe CIEM / ICCAT en juin 2009.

Deux rapports intermédiaires ont été rédigés fin 2008 et fin 2009 puis présentés pour consultation lors du conseil européen des ministres de la mer. C’est à l’occasion de cette réunion que les quotas européens sont discutés pour l’année suivante. En 2008, EPPARTIY a notamment permis la mise en place d’une taille maximale de capture de 210 cm pour l’année 2009.

Le programme EPPARTIY est désormais terminé. Une troisième année d’étude n’a pas pu voir le jour en 2010, l’Europe ayant décidé d’appliquer un TAC (Total de Captures Autorisés) de précaution de zéro entraînant une interdiction de pêcher le requin taupe.

Le rapport final EPPARTIY présentant la totalité des deux années de l’étude est désormais disponible.

  • Palangrier ogien pratiquant la pêche du requin taupe

  • Pêche d’un requin taupe (Lamna nasus)

  • Halage de la prise sur le pont

  • Requin taupe fraîchement péché avec l’hameçon dans la gueule

  • Retrait de l’hameçon

  • Débarquement en criée

  • Requins taupes chez un mareyeur

A.P.E.C.S. (Association pour l’É}tude et la Conservation des Sélaciens)

13 rue Jean-François Tartu
BP 51151 - 29211 Brest Cedex 1 - France
Tél. : +(33) 2 98 05 40 38 -
Fax. : +(33) 2 98 05 40 38
Email :asso@asso-apecs.org

L’APECS est une association à but non lucratif loi de 1901.